Archive pour juillet 2010

Les traditions de mai

Dimanche 18 juillet 2010

Il y a, en région wallonne, des traditions qui méritent de s’y attarder bien qu’elles aient disparu lors de ce dernier siècle. Elles étaient liées au mois de mai, en particulier au 1er mai mais certaines se rattachent plus largement au printemps. La date est d’ailleurs équivoque et, parfois, fait songer plutôt à une annonce de l’été.

Il est certain qu’une bonne part de ces traditions sont fort anciennes et peuvent remonter à des traditions de l’antiquité romaine ainsi qu’aux traditions des celtes. Les romains célébraient Maia, la déesse de la fécondité au mois de mai. Les celtes avaient la date du 1er mai comme fête de Beltaine càd la fête du dieu Bel (= dieu gaulois Belenos) ; c’est une fête du feu. Il faudrait bien sûr, dans une étude historique, documenter ce rattachement à des fêtes très anciennes.

La nuit du 1er mai était, dans les régions germaniques, la nuit de Walpurgis (bénédictine, liée à la magie). Partout en Allemagne et en Tchéquie, on allume cette nuit‑là, des grands feux purificateurs dans les campagnes.

On pense aussi à l’arbre de mai (meyboom à Bruxelles, Maibaum en Bavière), même si, à Bruxelles (la tradition remonte au moins à l’année 1308), la fête a lieu le 9 août, veille de la fête de St Laurent. On plante un arbre dans un lieu symbolique. Parfois, il s’agit d’un arbre orné (Bavière), voire complètement élaboré (le Bouquet du quartier d’Outremeuse à Liège que l’on promène dans les rues à plusieurs fêtes*).

Chez nous, on plantait une branche d’arbre devant la maison d’une personne que l’on voulait honorer. On doit probablement rattacher à ces traditions, l’habitude de dresser deux haies de maies (branchages) dans la grand’rue du village pour les processions du 15 août et de la fête‑Dieu (le jeudi tombant 60 jours après Pâques) pour lesquelles on élevait aussi des reposoirs (autels garnis) et à l’occasion desquelles des filles endimanchées jonchaient le sol de pétales de fleurs. À Ossogne et Solières (Condroz)

Trimousette Dans nos régions (spécialement en Gaume et Ardenne) comme dans le nord de la France (spécialement en Lorraine et Champagne), il y a le 1er mai un défilé de filles dont une en robe de mariée qui quêtent de maison en maison avec la chanson Trimousette (ou Trimazo, …). Un certain glissement, notamment dans les paroles des chansons, vers le culte de la Vierge Marie ne peut gommer que la plupart des éléments renvoient à des traditions d’origine païenne célébration du printemps, de la nature en général, de la vie et de la fécondité (arbre, fille, feu, coucher de l’enfant, champs‑blés, amour très terre‑à‑terre de Joseph pour Marie). On songe notamment aux rites de fécondité liés à la terre.

L’église chrétienne a eu à certains moments une attitude de condamnation vive de telles traditions : par le pape Innocent VIII (en 1484; menace de condamnation au bûcher !?), par le concile de Milan (en 1579). Par ailleurs, elle intégrera de telles fêtes en désignant le mois de mai comme le mois de Marie. (Que l’on pense à la Maia romaine !)

(*) Doit‑on voir une influence des traditions d’Allemagne à travers le rattachement de la Principauté de Liège à l’Empire Germanique pendant de longs siècles ? (Que l’on pense, par exemple, au prince‑évêque Jean de Bavière.)

Toutes les chansons de Wallonie

Dimanche 18 juillet 2010

Toutes les chansons de Wallonie, c’est vraiment prétentieux !

Pour ceux qui suivent l’évolution de ce site, j’ai opté pour une nouvelle approche. Constituer un répertoire des chansons en établissant systématiquement la fiche de chaque nouvelle chanson proposée, cela prend un temps considérable. Le but de cette nouvelle approche est de constituer un répertoire le plus complet possible —progressivement— des chansons de Wallonie.

Pour rappel, ma démarche vise au long des années à rendre disponibles le répertoire déjà publié, fût-ce de manière confidentielle. Beaucoup de publications ont dû connaître un tirage très limité. Beaucoup de ces publications ont échoué, quasi d’office, dans des bibliothèques d’écoles, des administrations culturelles, etc. où elles végètent dans l’ignorance la plus complète ou, plus probablement, ont disparu … À ces chansons s’en ajoutent d’autres, inédites celles-là, principalement connues par Roger Pinon ou Édouard Senny, voire découvertes de manière fortuite.

L’avantage de cette approche c’est de pouvoir progresser plus rapidement. Par exemple, en scannant les tables des matières. Le plus gros avantage sera de disposer enfin d’une estimation précise de l’ensemble du fonds des chansons de Wallonie, en premier lieu à mon adresse propre car ce fonds est tellement hétéroclite qu’il est difficile de s’en faire une représentation exacte. Pour le public, c’est aussi disposer de cette information avec quelques repères : localisation par régions, genre, source. Répertoire en cours de constitution.

La plupart des titres de ce répertoire comporte des liens inactifs. Pour des raisons techniques, ces informations étant importées d’une base de données, il est commode de procéder ainsi : quand la fiche d’une chansons sera établie, il suffira d’ajouter le nom de la fiche à l’intérieur du lien pour que celui-ci aboutisse. Pour ceux qui souhaitent consulter les fiches déjà disponibles, il suffit d’utiliser la liste usuelle déjà existante.

Chants de mai

Samedi 17 juillet 2010

[Cette news est en fait une reprise d'une news de juillet 2009 !]

Quelques chansons sont venues s’ajouter sur le site.

A133 C’è l’djûdi d’ l’Ascinsion. André Souris donne une version très dynamique de cette chanson dans son Marchand d’images.

A134 Li djûdi d’ l’Ascinsion. L’attitude de Joseph qui veut se marier et parle de literie suit la coupe d’un dialogue très terre-à-terre. Attention ! Ramoner signifie couper des branchages. :=) On verrait très bien là un dialogue préexistant où l’on a permuté les prénoms avec ceux de Marie et Joseph.

A135 Trimousette (Champagne).

A136 Trimousette (Senny). Une note de passage change seulement. Le 4me membre de phrase et le 8me sont proches de « O filii et filiae ».

A130 Voici le mois de mai (Liège — Terry et Chaumont) et A132 Voici le mois de mai (Liège — Oscar Colson). Deux notations de la même mélodie. Aussi très dynamique chez André Souris.

A125 Voici le printemps (Cramignon de Liège). Autre chanson entraînante autour du printemps.

A131 Derrière la maison d’mon père. L’insistance sur les degrés 2-3-4 avec retour du demi ton rend cette mélodie très attachante.

Sont apparus aussi sur le site un Catalogue des sources (embryonnaire) et le toilettage de la Description du modèle de fiche pour aider à une meilleure compréhension de la notation choisie.

Quelques chansons sont venues s’ajouter sur le site.
<strong>A133</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/Cestldjudi.pdf» >C’è l’djûdi d’ l’Ascinsion</a></em>. André Souris donne une version très dynamique de cette chanson dans son <em>Marchand d’images</em>.
<strong>A134</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/Lidjudi.pdf» >Li djûdi d’ l’Ascinsion</a></em>. L’attitude de Joseph qui veut se marier et parle de literie suit la coupe d’un dialogue très terre-à-terre. Attention ! <em>Ramoner</em> signifie couper des branchages. :=) On verrait très bien là un dialogue préexistant où l’on a permuté les prénoms avec ceux de <em>Marie </em>et <em>Joseph</em>.
<strong>A135</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/TrimousetteJS.pdf» >Trimousette</a> </em>(Champagne).
<strong>A136</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/TrimousetteSy.pdf» >Trimousette</a> </em>(Senny). Une note de passage change seulement. Le 4me membre de phrase et le 8me sont proches de « O filii et filiae ».
<strong>A130</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/Voicilemois.pdf» >Voici le mois de mai</a> <strong><span style=» font-style: normal;» ><span style=» font-weight: normal;» >et </span>A132 </span></strong><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/VoicilemoisTC.pdf» >Voici le mois de mai</a></em> (Liège). Deux notations de la même mélodie. Aussi très dynamique chez André Souris.
<strong>A125</strong> <em><a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/Voicileprintemps.pdf» >Voici le printemps</a> </em>(Cramignon de Liège). Autre chanson entraînante autour du printemps.
<strong>A131</strong> <a href=» http://www.chansonsdewallonie.be/CHANSONS/Derrierelamaison.pdf» >Derrière la maison d’mon père</a>. L’insistance sur les degrés 2-3-4 avec retour du demi ton rend cette mélodie très attachante.
Sont apparus aussi sur le site un <strong><em>Catalogue des sources</em><span style=» font-weight: normal;» > (embryonnaire) et le toilettage de la </span><em>Description du modèle de fiche</em><span style=» font-weight: normal;» > pour aider à une meilleure compréhension de la notation choisie.</span></strong>